Battements de cœur Shaumbra PARTIES & PIECES - Par Jean Tinder, Manager de Contenu Shaumbra Magazine, Octobre 2018 - L 'Artiste, Les ateliers, , Poésie, Espace Shaumbra, Guidances textes divers, Science et Conscience,

Quatorze

Quatorze

Battements de cœur Shaumbra PARTIES & PIECES - Par Jean Tinder, Manager de Contenu Shaumbra Magazine, Octobre 2018

Battements de cœur Shaumbra

 

PARTIES & PIECES

 

 Jean Tinder new photo.png

Par Jean Tinder, Manager de Contenu

Shaumbra Magazin, Octobre 2018

 

 

 

Le Maître était assis à son endroit préféré dans la forêt, sirotant son café du matin et profitant du parfum pur de la nature après une légère pluie. Un ruisseau murmurait sur les rochers avoisinants, occupé à trouver son chemin vers le bas de la montagne.

 

Parts and Pieces.png«L’eau, se dit-elle, est un si bel exemple d’énergie.» Elle adorait regarder les réarrangements infinis des tourbillons et des éclaboussures et pouvait regarder le ruisseau pendant des heures. Mais aujourd'hui, quelque chose d'autre attirait son attention. Le brusque craquement d'une brindille annonçait l'arrivée trébuchante de William, l'un de ses étudiants. Le Maître sourit et prit une profonde respiration. Cela allait être une réunion intéressante.


William se précipitait toujours dans la vie. Il avait grandi avec une solide éthique de travail et savait comment faire avancer les choses rapidement. Il avait également un esprit brillant et avait rendu ses parents fous avec toutes les questions de son enfance. L'habitude qu'avait William de tout remettre en question l'a aidé à apprendre beaucoup au fil des ans, mais cela signifiait aussi qu'il était rarement satisfait. Ayant perfectionné l'art de ranger des informations comme un paquet mental, il était fier de pouvoir impressionner les autres avec ses connaissances. Et, comme cela arrive souvent, toutes les questions qu’il a posées l’ont finalement conduit sur le sentier bien connu de la recherche spirituelle. Maintenant, il collectionne les concepts spirituels avec la même ardeur insatiable, dans l'espoir de trouver le joyau de la sagesse qui pourrait enfin répondre à toutes les questions. William a étudié de nombreuses religions et bien qu'elles aient semblé toutes avoir une partie de «la réponse», il espérait secrètement qu'il serait peut-être le seul qui serait assez intelligent pour mettre tout cela ensemble.  Dernièrement, il sentait qu’il y était presque arrivé et c’est cette fouille déterminée qui l’a amené au Maître, ce matin. Un peu en retard comme d'habitude, il s'est précipité sur le sentier et a failli manquer le petit sentier qui mène au banc du Maître au bord de l'eau. "Désolé je suis en retard!" Haleta-t-il, un peu essoufflé.


Il sortit un cahier contenant sa liste de questions, mais le Maître leva la main pour l'arrêter et lui demanda : «William, qu'est-ce que tu sens ? » William fut déconcerté par la question étrange. Dans sa hâte, il n’avait pas remarqué grand chose, et certainement pas les odeurs. Mais la question le poussa à prendre une profonde respiration et ses sens commencèrent à le rattraper. William remarqua finalement le magnifique environnement: l'air frais et vif de l'automne, les sons glissés des créatures de la forêt, le murmure des feuilles flottant au sol, l'odeur vivifiante de la terre fraîchement arrosée. Il prit même une bouffée alléchante du café du Maître et regretta un instant le régime spécial qu'il suivait en ce moment. Il était supposé nettoyer et réinitialiser son corps, et l'une des nombreuses règles était : «pas de café». Mais oh, comme cela lui manque.

 

Oups, le Maître attendait toujours la réponse à sa question. «Il y a tellement de choses à sentir!» Dit William en prenant une autre respiration profonde. Le Maître sourit et l'invita à prendre place à côté d'elle. Elle prit une autre tasse et lui offrit du café de son thermos. Il la regarda longuement, mais l'engagement était tout pour lui et il n'y avait plus que quelques jours de ce régime spécial.  Il ne pouvait pas échouer maintenant et déclina poliment. Elle sourit de nouveau et attendit, sachant ce qui allait arriver.


William avait beaucoup de questions, mais l'odeur de ce café déclencha une vieille frustration familière. Il semblait toujours y avoir un décalage ou une séparation entre ce qu'il savait mentalement et ce qu'il expérimentait, entre ce qu'il voulait et ce qu'il avait, même entre les choses spirituelles qu'il apprenait et la réalité qu'il vivait. Cette divergence était une source de frustration constante. Pourquoi le Maître pouvait-il boire tout le café qu'elle voulait, manger ce qui lui plaisait et pourtant, ne jamais paraître malade ou avoir perdu l'équilibre? Son corps était en bonne santé, son mental était clair; en fait, elle ne semblait jamais être dérangée par quoi que ce soit. Quel contraste avec le stress constant de William et sa précipitation, ses besoins alimentaires en constante évolution et ses nombreux problèmes physiques mystérieux. Ce n’était pas juste. Pourquoi tout semblait si parfait dans sa vie ? Il devait bien y avoir quelque chose qu’elle ne lui disait pas, peut-être un élixir spécial qu’elle ne gardait que pour elle-même. Avoir des sessions avec tous ces étudiants était peut-être un moyen de financer ses propres fournitures secrètes, et elle n'arrêtait pas de les enchaîner juste pour que l'argent circule.

 

Maintenant, la frustration de William se transformait en colère. Il devait savoir, maintenant. "Qu'est-ce que c'est?" Éclata-t-il. "Quel est le secret que vous nous avez caché? Nous avons payé pour tous vos cours, nous avons passé tout ce temps à écouter vos moindres mots, mais rien n’a changé. Vous êtes assise ici avec tout le temps et tout l’argent du monde tandis que vos étudiants se débattent dans la vie, qu'ils arrivent à peine à joindre les deux bouts, se sentant à moitié morts et sur le point de devenir fous. J'exige que vous partagiez votre secret! Sinon, je saurai que vous êtes un imposteur, tout comme mes amis me l’ont dit.


Le Maître sourit sereinement, ce qui rendait William encore plus furieux. Il commençait à regretter d’être venu jusqu'ici dans la forêt, il n’avait pas le temps de jouer à ces jeux. Alors qu'il se levait pour partir, le Maître prit la parole. "William", demanda-t-elle, "Qui est-ce qui est si en colère en ce moment?"


"Je le suis ! Vous ne le voyez pas? Répliqua-t-il. Le Maître prit une douce respiration et demanda à nouveau. «Regarde plus profondément, William. Qui est en colère?

 

"Le Maître est une idiote aveugle", se dit William. Mais il ne pouvait pas lui dire ça, alors il prit une profonde inspiration et essaya de se calmer. «Désolé, Maître, je m'emporte un peu parfois. Je ne suis pas vraiment en colère, je suis juste passionné et je suis tellement frustré quand rien ne change vraiment. En fait, tout cela commence à sembler être une perte de temps. "

 

«William», dit le maître. «Il n’y a rien de mal à être en colère, et ne va  pas la chercher juste parce que tu es avec moi. Maintenant, je te le demande encore : qui est en colère? "


Il avait essayé d’arrêter la colère ou même de la renommer en «passion», mais maintenant, elle bouillonnait encore plus. Puis, il a commencé à glisser dans la phase suivante, une phase que William connaissait bien et avec laquelle il avait encore plus de mal à faire face: la dépression. "C'est stupide", dit-il. "Évidemment, je suis celui qui a cette colère, alors je ne vois pas pourquoi vous continuez à demander. En fait, vous posez toujours ces questions stupides. Mais bien sûr, je n'obtiens jamais de réponse qui vous convienne, alors je finis toujours par me sentir stupide. Je suis prêt à arrêter cette stupide recherche de l'illumination et à retourner à une vie humaine normale. "


«William», dit doucement le Maître. "Qui est déprimé maintenant?"
"J'abandonne," soupira-t-il. "À vous de me le dire."

 

Le Maître sourit à nouveau, parce que William était enfin prêt à entendre ce qu'elle avait à dire, quel était le but de toute cette réunion. «William», dit-elle. «Ces émotions ne sont pas les tiennes, mais tu agis comme si elles l'étaient. Il y a une partie de toi qui est en colère, une partie de toi qui est déprimée, une partie de toi qui est frustrée. Mais ce ne sont que des parties de toi, des aspects, des schémas d'énergie que tu as mis en place, il y a longtemps. Ils ne t’appartiennent pas. "

 

“Oui, vous l’avez déjà dit, mais cela n’a aucun sens. Si je sens et ressens quelque chose, comment pouvez-vous dire que cela ne m’appartient pas? "


«Oh oui, tu ressens ces émotions, mon cher William. Mais il y a une différence à être elles. Tu es tellement plus que cela. Et quand tu peux dire "Une partie de moi est en colère" plutôt que "Je suis en colère", cela ouvre un espace de conscience au plus grand nombre d'entre vous, au "plus" qui est votre Sagesse et votre Présence. Et puis les choses peuvent enfin commencer à changer.


"Mais ce que je ressens, c'est ce que je ressens!" Rétorqua William. «C’est ma réalité. Je peux essayer de me calmer, mais c’est toujours ce que je ressens. "


"William," dit le Maître, "Veux-tu connaître mon secret?" Ses yeux s'écarquillèrent. Serait-ce vraiment si facile? "Oui bien sûr!"


«Le secret, mon ami, c'est de te permettre d'être conscient de plusieurs expériences à la fois. Ne répare pas et ne combats pas la partie de toi qui est en colère, découragée ou frustrée. Ressens-la profondément, respirez-la, laisse-la te combler. Et, en même temps, sois conscient de ton corps, du repas que tu viens de manger, des énergies et des objets qui t’entourent, des autres choses que tu ressens. Plus que tout, sois conscient de ton Soi, de ton Je Suis qui contient tout cela. Lorsque tu éprouveras cette conscience multiple, tu réaliseras que cela ne t’appartient pas. Quand tu es conscient de tout ce que tu ressens et que tu l'acceptes, cela permet l'intégration. "
ruisseau.png
Le Maître fit une pause pendant un moment, puis dit: «Regarde ce flux. L'eau est comme l'énergie. Elle coule librement, à traverse la réalité et multiplie les expériences. Imagine que chaque éclaboussure d'eau, grande ou petite, c’est de l'énergie ayant une expérience. Puis elle retombe dans le courant, revenant à elle-même, prête pour une autre expérience. Maintenant, imagine que c’est l’hiver; l'air est froid et rude. Certaines des éclaboussures gèlent, se transforment en glace et restent bloquées. C’est ce qui peut arriver lorsque ton énergie a une expérience difficile. Elle peut geler, rester coincée dans ce schéma et cesser de couler. Il y a une partie de toi qui a été très déçue et désillusionnée avec Dieu dans une autre vie. Tu as senti qu'il t'avait laissé tomber, qu'il te cachait la vérité, qu’il t'avait même oublié. Ce fut une expérience traumatisante et une partie de ton énergie est restée coincée dans ce schéma. Et maintenant, cela arrive parfois, toujours dans un schéma de frustration et de colère. »William écoutait attentivement maintenant, ayant complètement oublié son désir de partir.

 

«La bonne nouvelle, c'est que tout est énergie», poursuit le Maître. "Et tu te souviens de ce que Tobias a dit à ce sujet ? "Toute l’énergie cherche la résolution." Tout comme l’eau cherche son propre niveau, l’énergie trouvera toujours le moyen de s’écouler à nouveau. Il n’est pas nécessaire de Gel.png« réparer » l’eau gelée ou en ébullition, mais de la laisser se fondre dans le cours d’eau pour qu'elle revienne à elle-même. Le ruisseau accepte la glace,
quelle que soit sa température, et cette acceptation est tout ce dont nous avons besoin. Lorsque tu te souviens que ce n’est qu’une partie de toi qui ressent une émotion et que tu acceptes cette partie, cela permet à la «glace» de l’énergie bloquée de se fondre ou de se réintégrer dans ton «courant», de là d’où elle vient. Une émotion laide ou inconfortable ne signifie pas que quelque chose ne va pas chez toi. Cela signifie qu'une autre partie de toi est prête à rentrer à la maison. Tout ce dont tu as besoin c’est ton acceptation et ta conscience multiple. "

 

William réfléchit à tout cela. «Maître, dit-il enfin, je ne sais pas comment faire pour que ma conscience soit multiple. Je comprends la théorie, mais ce que j’expérimente, c’est ce que je vis, un point c'est tout. Comment cela peut-il être autre chose en même temps? Je ne pense pas que ce soit possible. »Sa frustration montait à nouveau.


«Voilà quelque chose que tu peux faire», dit-elle. «Quand tu rentreras à la maison, remplis deux bols d'eau, l'un chaud et l'autre froid. Mets une main dans chaque bol. As-tu chaud ou froid?


«Bien, les deux bien sûr, dit William.

 

"Exactement", sourit le Maître. «Tu vis des expériences très différentes en même temps, perçues à travers différentes parties de toi-même. Et qui, sur le plan pratique, possède toute cette expérience ?  C’est le Je Suis, qui est assez grand pour contenir TOUTES tes parties. Chaque expérience est disponible. Maintenant, où vas-tu mettre ta conscience? C’est comme se concentrer sur l’eau chaude au point d’oublier la froide. Mais maintenant, tu prends conscience des autres parties de toi. Alors, je te le répète : Qui se sent en colère?

 

William fixa le ruisseau pendant un moment. Il était conscient de la partie qui était restée bloquée dans la colère pendant très longtemps, mais il commençait à prendre conscience des autres parties aussi. Il commençait à faire l'expérience du Et dont il avait entendu parler et réalisait qu'il était possible de tout changer. C'était simplement une question de conscience.


tasse café.png

Sortant de sa rêverie, William se retourna pour remercier le Maître, mais il ne la voyait nulle part. Au lieu de cela, il y avait une tasse de café fumant, garnie d'un peu de crème fouettée. «Oui, pensa-t-il, il y a une partie de moi qui est soumise à mon régime alimentaire. Mais il y a une autre partie qui veut vraiment ce café. Il le prit, inspira l’arôme et prit une gorgée. «Je suis conscient de la partie de moi qui aime ce café, ainsi que de la partie qui pense que c’est mauvais. Et à présent, je peux choisir celle sur laquelle me concentrer! »Ah, encore une gorgée, et William pensa que c’était le meilleur café qu’il ait jamais bu. "Hmm, je sens toujours la partie de moi avec beaucoup de questions, mais peut-être que je vais me concentrer sur une autre partie qui est parfaitement satisfaite ", pensa William. Il sourit, réalisant qu'il y avait même une partie de lui qui avait déjà toutes les réponses dont il aurait besoin.

 

 

 

 

Interprétation de Feolla   feolla.ca@gmail.com      https://quatorze.blog4ever.com



15/10/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi