BATTEMENTS DE CŒUR SHAUMBRA- LE CHANT DU MAÎTRE - Par Jean Tinder - Shaumbra Magazine Mai 2018 - L 'Artiste, Les ateliers, , Poésie, Espace Shaumbra, Guidances textes divers, Science et Conscience,

Quatorze

Quatorze

BATTEMENTS DE CŒUR SHAUMBRA- LE CHANT DU MAÎTRE - Par Jean Tinder - Shaumbra Magazine Mai 2018

BATTEMENTS DE CŒUR SHAUMBRA

LE CHANT DU MAÎTRE

 

Jean Tinder new photo.png

Par Jean Tinder Manager de Contenu

Shaumbra Magazine Mai 2018

www.crimsoncircle.com


  

J'ai un autre projet pour la maison en cours. La cabine de douche de ma salle de bain à l'étage était détériorée et cassée, alors j'ai décidé de la remplacer avant que mon frère ne parte pour sa prochaine aventure. Juste avant que nous ne commencions, je lui ai dit que je me sentais comme "gênée" avec, comme si quelque chose n'allait pas avec le projet, mais aucune idée de ce que cela pouvait être. Ce n'était pas un sentiment de «Ne fais pas ça», juste que quelque chose à ce sujet n’était pas ce que j'attendais. C'est drôle comme on sait les choses sans même savoir ce que l'on sait.....

 

Nous en avons discuté, décidé qu'il n'y avait aucune raison de retarder, et nous avons arraché l'ancienne douche. Le lendemain matin, il a été averti qu'on avait besoin de lui ailleurs de façon inattendue pour les deux prochaines semaines, ce qui me laissait environ deux jours d’aide de sa part! Bien, OK. Heureusement, je peux faire la plupart du travail moi-même, mais il y avait d'autres complications à venir.


Mes idées pour arranger les choses et me débrouiller avec les vieux trucs ne fonctionnaient pas. Je n'arrivais pas à trouver le bon matériau,  je n’arrivais pas à assortir les couleurs, et quand la quincaillerie a elle-même annulé une commande, je me suis finalement rendue à ‘l’évidence que le projet ne fonctionnait pas - du moins pas dans la direction attendue. Lorsque vous atteignez ce point, la meilleure chose à faire est d'arrêter de pousser, de faire une pause et de voir ce qui se passe vraiment. Dans le cas présent, c'était que toute la salle de bain avait besoin de sortir- ce qui était probablement la "gêne" que j'avais ressentie avant de commencer. Ce qui signifie qu'il s'agit maintenant d’un projet beaucoup plus grand, plus désordonné, mais en fin de compte meilleur. Et, le point entier, il finira peut-être par être comme je le veux vraiment, plutôt que de simplement «faire avec» les carreaux, les armoires et les accessoires moins-que-merveilleux qui étaient déjà en place. Ainsi, au lieu de simplement remplacer la vieille douche, toute la salle de bain est maintenant démolie (comme cela s'est passé avec la cuisine, en y pensant, mais à une échelle beaucoup plus petite). Cela implique beaucoup de travail physique sale (mais étrangement satisfaisant) et, comme toujours, incluant quelques «leçons de vie» intéressantes.


Une partie du travail consistait à enlever tous les anciens revêtements de sol - trois couches de contreplaqué recouvertes de carreaux, de coulis et de mortier. Après avoir fouillé et cassé tout le carrelage (et appris à utiliser un marteau-piqueur!), Il était temps d’arracher le bois. Mais celui qui l'a installé il y a des années a dû vouloir faire un travail très minutieux. Les clous étaient littéralement espacés tous les deux pouces et enterrés dans le béton! Il m'a fallu presque une semaine pour creuser, gratter et arracher plusieurs centaines de clous, ce qui m'a donné tout le temps d'apprécier l'ironie.....


Nous sommes tellement avides de changement - «Dehors avec l'ancien, dedans avec le nouveau !» - et nous avons tendance à plonger de tout notre cœur lorsqu'une une nouvelle opportunité d'auto-évolution se présente. Dans un élan d'excitation, nous arrachons les vieux modèles/schémas et les structures cassés qui ne nous servent plus et nous nous préparons à installer quelque chose de nouveau et de merveilleux, seulement pour trouver un tas d'autres couches sous ce qui vient de sortir. Avant que les nouveaux choix puissent se manifester pleinement, ces vieilles couches grincheuses dont nous ne connaissions pas l'existence doivent aussi disparaître. Le problème est que nous les avons généralement installées très profondément et avec beaucoup de passion, ancrant profondément les clous des vœux,  les habitudes, les choix et les croyances au cours de nombreuses vies. Nous pensons que ce sera un processus simple,  puis nous découvrons qu'il y a beaucoup plus de travail et beaucoup plus de couches que ce à quoi nous nous attendions. Mais c'est le moment de serrer les dents, de mettre les gants, de travail et de continuer. Les résultats en valent la peine.

 

Bien sûr, l'humain veut savoir, "Où est permettre dans tout ce dur labeur? Ne sommes-nous pas censés permettre que les choses se déroulent facilement et sans lutte ?"  "Oui, et ... ces satanés clous ne sortiront pas d’eux-mêmes! Parfois, nous devons permettre le travail aussi ...


Dans cette illustration particulière de la vie, c'est mon Maître qui veut une maison digne de sa présence, une maison où il/elle se sent en paix et vit dans la joie. Le fait est qu'il/elle vit déjà dans une joie massive (plus sur ce sujet dans un moment), et continuera sans aucun doute les transformations jusqu'à ce que tout sous ce toit soit une magnifique réflexion de sa magnificence. Alors, il/elle fait les choix - une nouvelle cuisine, une nouvelle salle de bain, des fleurs fraîches, peu importe - et c'est le travail de l'humain de permettre ces choix, puis de se mettre au travail et de les incarner! Tout ce qui est permis dans le monde ne soulèvera pas un tournevis, ne brisera pas un carreau ou ne réparera pas la plomberie. La vie que je veux exige ma participation. La joie vient quand je permets une perspective au-delà de celle de mon être humain.

C'est ainsi : Le Maître c'est moi en train de profiter de ma maison déjà magnifique, la peaufinant ici et là, et me délectant de la pure joie d'exister dans le royaume humain. L’Humain, c'est moi qui tire avec acharnement toutes les vieilles substances que le Maître est en train de déterrer et qui utilise mes outils terrestres pour les faire venir. La passion du Maître est (entre autres choses) une maison de paix et de beauté; Le divertissement de l'humain c’est de se démener pour arracher les vieux clous rouillés de la vie et transporter tous les débris à l'extérieur pour la journée des détritus. Et le fait de permettre les deux perspectives - Maître et Humain - révèle une beauté exquise qui commence à peine à émerger. Cela me laisse, Maître et Humain, en admiration devant les détails banals de la vie et chérissant les moments les plus insignifiants.

 

Vous voyez, un autre "projet" avec lequel je joue, c’est vraiment de SENTIR le Maître comme étant moi-même plutôt que comme mon idée de lui/elle. La clé de tout cela a été d'arrêter de penser à lui/elle comme étant séparé de moi, quelqu'un «là-dehors» avec qui j'ai besoin de me connecter ou d'attirer dans ma vie. Avec juste un changement de perception et de connaissance, je suis le Maître, voyant et expérimentant la vie à travers mes sens humains. Et c'est là que ça commence à devenir étonnant. Le Maître est ravi de faire enfin partie de l'expérience humaine, comme si lui/elle avait enfin le droit de découvrir le meilleur parc à thème de toute la création. L'humain est toujours dans son monde humain - travaillant sur des projets, interagissant avec les autres, gérant la logistique de la vie quotidienne - mais maintenant, il est plus conscient du pur plaisir que le Maître trouve dans absolument tout.

 

"J'Existe!" C'est le cri de joie du JE SUIS qui découvre et habite sa création, la manifestation jusqu'ici inconnue de sa passion. Il n'y a rien de tel !

 

 

M'inviter moi le Maître à habiter moi-même l'expérience de l'être humain a été étonnant - et amusant - parce qu'il passe d'une «sagesse» quelque peu intangible à une expérience réelle et passionnée. Essayez-le vous-même. Commencez à expérimenter votre vie du point de vue du Maître - je pense que vous pourriez être très amusé! Voici un aperçu de quelques-unes de mes propres conversations intérieures ...

 

Maître: Wow, c'est comme ça que tu vis?


Humain: Oui, c'est ma ... notre maison.


M: De tous les lieux et dimensions de la création, quel arrangement d'énergie intéressant tu as choisi. Attends, qui est-ce là-bas? Je ressens une connexion unique ...


H: C'est ma mère humaine, celle qui a donné naissance à ma biologie dans cette vie.


M: Intéressant ...


(Le Maître examine en un clin d'œil toute une vie de souvenirs, et note d'autres connexions biologiques à proximité. Par la suite, je monte péniblement les escaliers à la fin d'une longue journée.)


M:
Intéressant, ces escaliers....... pourquoi te sens-tu en difficulté?


H: Eh bien, la journée a été longue, ce corps est fatigué et à cause de choses comme la physique, ça demande un peu d'effort.


(Le Maître est fasciné, plus tard, je me verse une douceur liquide ... un peu de tequila.)


M: Oh wow, laisse-moi goûter cela à nouveau ... c'est merveilleux!


(L'humain ne peut s'empêcher de rire)


H: D'accord, mais pas trop. Hé, ça suffit ! Je suis celle qui doit vivre avec les séquelles ...


(Comme nous dînons ensemble et que nous nous lavons après, le Maître semble dans un état d'étonnement perpétuel.)


M: C'est ainsi d'être humain? Oh wow!! Tant de choses à goûter, à sentir, à voir. C'est incroyable! Ce corps - je peux sentir tellement de choses. Tout ce qu'il peut faire, les saveurs, les sensations ... oh, juste tout. J'ai toujours voulu ressentir ça!

 

(Sourires humains, amusés par l'excitation du Maître.)

 

H: Oui, ce corps est assez incroyable. Il est fort, résilient, fiable. Il a donné naissance à quatre autres humains et a participé à toutes sortes d'aventures. Mais il a aussi des douleurs, ce qui me fait parfois oublier son miracle.

(Un peu plus tard, en déplaçant des boîtes très lourdes, j'en laisse tomber une sur mes doigts. Oww !!!!!)


H: Hé Maître, tu veux sentir des trucs humains? Examine ceci.


(L'humain n'est pas content, le Maître est étonné ... encore une fois.)


M: Wow, quelle sensation éblouissante et intense! Il/elle halète.

 

Le Maître ne l'expérimente pas réellement en tant que «douleur» de la façon dont l'Humain comprend la douleur. Il n'y a pas de souffrance, seulement de l'exaltation. Cela me rappelle l'époque où ma fille avait environ 2 ans. J'essayais de me concentrer sur quelque chose, mais elle venait de découvrir la joie de lancer des objets, et les jouets volaient partout. Après quelques plaintes distraites de ma part, j'ai perdu patience, je me suis retournée et je lui ai hurlé dessus avec colère. Elle a levé les yeux vers moi, des yeux énormes - et un grand sourire apparut sur son visage. Ma colère ne signifiait rien pour elle. La poussée d'énergie, cependant, a été un frisson! Tout comme la façon dont le Maître éprouvait maintenant les doigts lancinants de l'Humain. Ils partagèrent un sourire ironique.


Au cours des jours suivants, le Maître vit de plus en plus le monde à travers les yeux de l'Humain. Un courriel a surgi, quelque chose à propos de la signature d'une pétition politique. "De quoi s'agit-il?" Le Maître voulait savoir. "Rien qui nous importe." L'humain ne voulait pas se donner la peine d'essayer d'expliquer.  Le Maître a la sagesse, pas tellement les détails. L'humain a les détails, pas tellement la joie. Ensemble, ils sont tellement plus que des détails Et de la sagesse, de la douleur Et de la joie, de la concentration physique Et de la conscience infinie. Une belle maison Et un désordre absolu dans la salle de bain.

 

M: Tu sais, tout ce temps, j'ai compris qu'une partie de moi existait quelque part dans la réalité physique, car je pouvais sentir la sagesse revenir. Mais maintenant je le sens et je le vois comme jamais auparavant. Je suis en train de vivre mon existence!

 

À la fin d'une journée bien remplie, l'humain tombe enfin dans son lit épuisé. Le confort physique est délicieux et le sommeil l’appelle, mais le Maître ne peut pas imaginer pourquoi l'humain veut manquer plusieurs heures de moments potentiellement magiques! Le maître se délecte des draps lisses, du clair de lune, des méandres du cerveau et des processus du corps, toujours excité par tout. L’humain bouge, se retourne et ronchonne.

 

H: Nous allons devoir trouver un compromis ici, cher Maître. Allons jouer dans ton royaume pendant un moment et laissons le corps dormir. Je promets que tu ne manqueras rien.

 

Ah, la joie de l'existence! Maître-moi est ravi de ressentir si intimement l'expérience de l'humain. L'humain est tellement "dans" tout - investi, impliqué, enraciné - tandis que le Maître : Je n'ai jamais rien voulu de plus et maintenant, avec toi, mon humain précieux, cela arrive enfin.

 

Sourires humains. Elle a des échéances de travail qui approchent, une progéniture qui a besoin d'attention, un dîner à préparer et quelques clous de plus à arracher. Elle a du travail à faire, un corps à réparer, une maison à nettoyer, mais d'une manière ou d'une autre tout semble ... différent. Plus étincelant, peut-être, et certainement infusé de joie car elle est touchée par les yeux du Maître. Tournoyant dans la cuisine, une chanson s'échappe de ses lèvres ... une expression sans paroles de la joie insondable de l'existence. Les expériences humaines, qu'il s'agisse de larmes, de lassitude, de satisfaction, de douleur ou de plaisir, n'ont presque plus d'importance. Quoi qu'il en soit, le Maître se réjouira.

 

 

Interprétation de Feolla   feolla.ca@gmail.com   http://quatorze.blog4ever.com



12/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi