DE VICTIME À CRÉATEUR - Par Horatiu Dicoi – Shaumbra Magazine Novembre 2015 - L 'Artiste, Les ateliers, , Poésie, Espace Shaumbra, Guidances textes divers, Science et Conscience,

Quatorze

Quatorze

DE VICTIME À CRÉATEUR - Par Horatiu Dicoi – Shaumbra Magazine Novembre 2015

DE VICTIME À CRÉATEUR

 

Oratiu Dicoi.png

Par Horatiu Dicoi – Shaumbra Magazine Novembre 2015
  www.crimsoncircle.com

 


Après les deux dernières canalisations Keahak où Adamus a expliqué à quel point il est important d'être intolérant pour des choses qui ne me servent plus, il m’est devenu tout à fait clair de comment travailler avec cela. Au début, j’étais un peu triste et en colère parce que j’ai réalisé combien j’ai toléré toutes les conneries dans ma vie; J’ai travaillé à des emplois qui ne me servaient plus et toléré des gens de toutes sortes dans ma vie juste pour que les choses s’arrangent pour tout le monde.

 

Je sentais que j’avais besoin d'eux à cause de mon travail et que je devais être tolérant afin de me construire une vie. Mais quand j’ai regardé à nouveau, presque rien de ce que je faisais ne me servait plus. Alors,  dans un certain sens, tous les murs sont descendus et tout a explosé.

 

explosion.png

 

C’était juste avant l’événement  "la magie de Merlin" en Roumanie (bonne chose, j’avais déjà payé pour l'événement et le vol). Dans mon désespoir, j’ai pensé sérieusement que je devrais aller à Sibiu ou plutôt commencer à chercher un nouvel emploi et un appartement ici à Oslo.

 

Ce n'était pas parce que je ne pouvais pas l’adapter à mon ancien lieu et arranger les choses pour que je puisse y rester, mais parce que je ne pouvais pas endurer plus. Cependant, puisque de toute façon, tout était déjà en place, j'ai décidé d'aller à l'événement Merlin.

La première nuit à Sibiu était magique. Une lune mystérieuse était dans le ciel et un vent chaud soufflait sur la terrasse où j'ai dîné. Mais au réveil le lendemain, j’ai commencé à me sentir triste et coupable. "Peut-être que je ne devrais pas être ici. Est-ce que je trouverai un emploi quand je retournerai à Oslo? Aurai-je encore un endroit où vivre? "Je me sentais comme si j'avais fait une grosse erreur. Les questions étaient coincées dans mon mental si profondément que je me suis même senti coupable d’être en vie.


Dans la soirée, je comptais rencontrer les enseignants qui ont été les hôtes de l'événement. Je les aime beaucoup car ils ont été mes professeurs lors des écoles sur les Energies sexuelles et l’aspectologie. Savoir que j’allais les rencontrer et sentir l'amour que j’ai pour ces beaux Maîtres m'a fait me sentir beaucoup mieux, alors je me suis distrait de mes soucis et suis allé à la réunion. Mais quand je suis rentré dans ma chambre, les mêmes soucis jouaient encore, encore et encore, et je ne voulais même pas me rendre à l'événement.

 

La façon dont les professeurs m'ont vu était exactement le contraire de comment je me voyais. Je me sentais comme une victime de ma création, de la vie elle-même et une victime du désordre dans lequel j'étais entré (pensant que le désordre était quelque chose que je n'avais pas créé).

 

Mais enfin, me voilà à l'événement, prenant mon siège. Parce que c’était mon premier événement vivant du Crimson Circle, je ne savais pas comment agir et quoi faire, alors je me suis assis et j’ai observé. Pendant que le temps passait et qu’Adamus me prenait dans de nombreuses expériences différentes, je me suis ouvert. J'ai découvert que je suis le créateur de ma propre vie, et cette fois je n'ai pas simplement entendu le « ET » venant d’Adamus; Je l’ai vraiment expérimenté. J'ai volé autour de la salle « ET » suis resté dans mon corps « ET », en même temps, j’étais à l'extérieur du bâtiment me regardant moi-même par la fenêtre « ET » également dans ma chambre "rien" dans mon manoir - et je me sentais tellement normal de faire cela.

À la fin de la journée, je me sentais beaucoup mieux. Je voulais passer du temps avec Shaumbra pour la première fois lors d'un événement, et aussi partager quelques mots avec Geoff et Linda (enfin je pouvais les rencontrer!). Mais quand je suis arrivé près d'eux, c'était comme si je faisais quelque chose de mal, que je ne devrais pas être là. J'ai eu du mal à parler, mais quelque chose se battait vraiment en moi, quelque chose qui utilisait son dernier soupir désespéré pour me garder dans cet État. Au cours des prochains jours, étonnamment je me suis amusé, mais en même temps j’étais très grognon,  me sentant toujours comme une victime et comme faisant quelque chose de mal.

L'événement a pris fin et je suis allé rendre visite à ma mère dans un village voisin appelé Deva, là où je suis né. Tout le temps il y avait une douleur dans ma poitrine et une pression sur ma tête. Je n’ai pas pu respirer normalement pendant deux jours et le moi «faire quelque chose de mal" était très présent. Une nuit, marchant dans la rue pour visiter un ami, la douleur dans ma poitrine est devenue encore plus intense. Je me suis posé une question à moi-même:

 

"Comment me sentirais-je de simplement m’abandonner dès maintenant sur cette rue et d’abandonner tout le combat?" Instantanément, c'était comme si j'avais un gros trou dans ma poitrine. Un sentiment de libération et à la fois d'orgasme tant intérieur que mental est entré en tout mon être. J'ai dû arrêter parce que c'était si écrasant. C’était comme si je mourais en quelque sorte, mais je ne m'en soucie plus. J’en avais assez de me sentir comme une victime, assez de ce sentiment qui avait été à l'arrière-plan de toute ma vie.

D’une certaine façon, je suis arrivé chez mon ami et là, cela a commencé de nouveau. J’ai commencé à pleurer et j’ai dû m’allonger sur le divan, complètement immergé dans ce que je peux maintenant appeler un " permettre total." Pendant les 30 prochaines minutes, c'était comme si j’avais le plus grand orgasme d'énergie de ma vie. J'avais ressenti la même chose quand j’ai fait SES (NDI : Ecole sur les Energies sexuelles) mais pas aussi intensément.

Quelques jours plus tard, je me sentais beaucoup mieux, mais ne savait toujours pas comment ma vie s'arrangerait. Une autre question s’est posée: «Comment agirais-je si j’étais un architecte éclairé». J’ai senti cela en moi-même, et dans les jours, je reçois un appel d'un ami, m’invitant à concevoir son magasin de sport à Bucarest.

 

Bientôt j'y étais, dessinant et planifiant la boutique, les idées coulaient et tout se passait sans effort. Mon ami et moi formons une bonne équipe calme et avions l'intention de commencer à construire le lendemain. Mais ce soir, j’ai attrapé une grippe et me suis encore senti terrible avec des douleurs au cou, des maux de tête et de la transpiration. Allongé dans mon lit, me sentant très inconfortable, quelque chose a surgi dans mon esprit. Au début j'ai dit : "Oh, et maintenant? Ma carte bancaire a été volée il y a une semaine, je n’ai pas d'argent, je suis malade, et maintenant? Oui, mais j’existe! "C’était la première fois que je sentais vraiment que j’existe peu importe ce qui se passe. Peu importe combien d'argent j’ai, ou combien je suis malade, ou même si je sens que je vais mourir, J'EXISTE TOUJOURS. Cela a eu un tel impact que cela a soufflé loin beaucoup de mes vieilles peurs.

 

L'expérience des questions m'a fait réaliser que je suis vraiment le créateur de ma propre réalité, alors je continue à jouer avec cela. J'ai posé la question, «Comment me sentirais-je si je voulais être en bonne santé?" Et cela a travaillé de nouveau. J’ai eu le sentiment d'un corps sain, puis une mémoire venue d'un jour où je me sentais vraiment très bien, et j’ai commencé à me sentir de mieux en mieux.

 

Quelques jours plus tard, le projet était terminé et j'étais en route pour l'aéroport de Bucarest, presque hors du temps. J’ai pris un taxi, mais les rues étaient bondées et le trafic était très lent.

 

C’était juste après le Shoud 2 avec l'expérience de la Fève, et tandis que j’étais dans le taxi, ceci est venu à moi: «Acceptez la réalité telle qu'elle est et projetez votre propre film." C’est ce que j'ai fait. J’ai regardé La Fève dans mon propre film, comme si j’avais, en quelque sorte, deux couches de réalité - celle qui était déjà là et celle que je venais juste de créer.

 

Sans effort, j’ai roulé dans le film, j’étais dans l'avion lisant un livre sur mon chemin vers Oslo et je l’ai vraiment senti. Une minute plus tard, le chauffeur de taxi a fait un grand tour, disant simplement qu'il se souvenait d’un raccourci vers l'aéroport. Vingt-cinq minutes plus tard, j’étais à l'aéroport, un voyage qui prend habituellement une heure, et bientôt après, j’étais là, dans l'avion, lisant le journal.

 

De retour à Oslo, j’ai commencé à jouer d’avantage avec les questions et ce que j’avais appris sur mon chemin de l'aéroport, et cela a tout changé. Je sens que je renais comme un nouveau maître créateur, sentant encore parfois le vieux paradigme de la victime que j’avais l'habitude de vivre, mais maintenant c’est seulement une ombre. Je travaille sur un nouveau projet et chaque jour, je roule dans mon propre film sur une nouvelle feuille de La Fève.

Ah, et j'allais presque oublier. Un jour, je me suis posé la question: «Comment me sentirais-je de récupérer mon argent volé?" Peu de temps après je recevais un courriel de la banque me disant qu'ils m’avaient reversé l'argent sur mon compte. Je sais que ce sont de petites choses, mais pour moi, ce sont de grandes créations. Tout est possible.


Horatiu est né en Transylvanie et à 14 ans a décidé de devenir architecte. Il a étudié l'architecture à l'Université Technique de Cluj Napoca. Il vit maintenant à Oslo en tant qu'architecte indépendant et pratique également l'escalade comme un athlète professionnel. Son site web est horatiudicoi.com

 


Interprétation française de Feolla feolla.ca@gmail.com  http://quatorze.blog4ever.com

 

 



21/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi