SHAUMBRA HEARTBEAT - MA CUISINE AHMYO Par Jean Tinder, Décembre 2017 - L 'Artiste, Les ateliers, , Poésie, Espace Shaumbra, Guidances textes divers, Science et Conscience,

Quatorze

Quatorze

SHAUMBRA HEARTBEAT - MA CUISINE AHMYO Par Jean Tinder, Décembre 2017

SHAUMBRA HEARTBEAT

 

MA CUISINE AHMYO

 

Jean Tinder Photo.png

Par Jean Tinder, Rédacteur du Shaumbra Magazine, enseignante du Crimson Circle

www.crimsoncircle.com

 

 

C'est drôle comment la vie se reflète. Vous pouvez regarder deux choses apparemment sans rapport, ou plusieurs, et commencer à voir toutes sortes de corrélations entre elles. Par exemple, je suis actuellement au beau milieu d'une création qui se déroule et qui a des parallèles clairs avec les affaires désordonnées de la Réalisation. Toutes deux sont la réalisation de rêves de longue date, que ce soit des décennies ou des éons de rêve.


Au moment où j’écris ces lignes, ma cuisine, que j'ai voulu mettre au goût du jour pendant des années, est essentiellement inexistante. La pièce est vide. Le processus de transformation est en cours et, certains jours, je peux très bien m'identifier à ce qui se passe. Les placards, les murs, le revêtement de sol et l'isolation ont tous été enlevés, le câblage a été réacheminé et amélioré, et tout ce qui était dans les placards assez bien organisés se trouve dans un désordre chaotique ... un peu comme à l'intérieur mon cerveau.

 

Chaque jour, je me sens reconnaissante, enthousiaste et incroyablement heureuse au sujet de ce projet et, en même temps, quelques autres choses sont également vraies. Remodeler sa maison tout en continuant à vivre et à travailler dedans présente certainement quelques défis ... un peu comme passer par l'éveil et l'intégration tout en restant dans son corps. Les deux sont extrêmement perturbateurs pour chaque facette de la vie. En fait, trouver un espace à l’intérieur pour écrire cette colonne signifie que je me cache dans une petite pièce dans le grenier, un coin de la maison un peu moins affecté par la poussière et le chaos.


Il y a quelque temps, Adamus a dit que l'illumination c’est comme réinventer et reconstruire votre voiture tout en volant sur la route à 112 km / Heure - ce n'est pas la chose la plus facile à faire! Au moins ma maison est stationnaire, mais oh, quelle perturbation. Les repas sont cuisinés sur le lave-linge. Les plats sont lavés dans l'évier de service et stockés sur le dessus du séchoir. Le réfrigérateur est à l'autre bout de la maison et il semble que rien n'est là où il est supposé être ... un peu comme mon corps.

travaux cuisine.png

Quand ce processus a commencé, j'ai naïvement pensé que cela prendrait 2 ou 3 semaines, tout au plus, pas grand chose ... un peu comme la réalisation - "Hé, faisons cela! À quel point cela peut-il être mauvais? »Ce que je n'ai pas pris en considération, ce sont toutes les choses invisibles qui doivent être traitées. Des nids d'écureuil malpropres et dégoûtants à l'intérieur des murs ... un peu comme des vieux systèmes de croyances puants que je pensais être partis depuis longtemps. Le câblage électrique à retirer, à resserrer et à câbler pour les nouveaux circuits ... un peu comme mon ADN, et qui ont comme conséquence des pannes intermittentes et un fonctionnement erratique. Arracher un vieux plancher solide mais laid ... un peu comme retravailler toute la fondation sur laquelle j'ai construit et vécu ma vie.

 

Bien sûr, toutes ces choses sont plus faciles à faire dans une «nouvelle construction» plutôt que dans un retapage, mais j'aime où je vis et veux rester ici ... un peu comme vouloir expérimenter la vie en tant que Maître incarné dans cette vie. Donc, indépendamment des tracas, ce travail continuera, parce que je veux faire l'expérience de chaque étape de toute la transformation incroyable. Je veux voir mes rêves se dérouler sous mes yeux plutôt que de recommencer à zéro ... un peu comme transformer tout mon être pendant que je suis encore ici sur Terre.


Dans Simple Master: Allowing & And, ( NDI : Dans Le Maître Simple : Permettre & Et) Adamus a parlé de "la mort incarnée", et j'ai une nouvelle appréciation de ce que cela signifie. Arracher chaque partie de la cuisine jusqu’à «l’ossature» c’est plutôt comme une mort. C'est douloureux, troublant, chaotique et épuisant, et tout ce que je peux faire, c'est de respirer, faire confiance et continuer. La bonne nouvelle? Maintenant que le processus a commencé, son achèvement est inévitable! Oui, il a fallu du temps pour y arriver et l'achèvement prend plus de temps que je ne le pensais, mais cela se produit. Ce n'est plus seulement un concept, un espoir ou un rêve pour «un jour», la transformation - à l'intérieur comme à l'extérieur - est bien engagée.

 

Vous pourriez dire que la date d'achèvement a été fixée ... cela vous semble-t-il familier? Je ne sais pas exactement ce que sera cette date, mais je peux la sentir venir aussi sûrement que le lever du soleil. Je dois seulement participer, parce que les muscles endoloris, la surcharge de poussière et les humeurs fatigués ne peuvent pas obscurcir la magie qui a lieu. Et la magie abonde vraiment!



LA SIMPLICITÉ


Il y a toujours des accrocs dans tout processus comme celui-ci - des découvertes inattendues, des complications imprévues, des erreurs simples - mais j'ai remarqué quelque chose d'intéressant. Chaque fois qu'un problème apparaît, et avec lui un certain nombre de solutions potentielles, la meilleure option est toujours, toujours la plus simple! Ce n'est peut-être pas la première qui se présentera, en fait elle peut prendre du temps pour se manifester, mais ceci se produira maintes et maintes fois. Si une solution est compliquée, je sais qu’une meilleure solution est toujours en cours.


LE SENSORIEL


Il y a eu beaucoup de choix à faire au sujet du plancher, des placards, du plan de travail et d'un million d'autres petits détails. Au début, c'était impressionnant, mais j'ai remarqué que lorsque la meilleure option apparaît, je peux LE SENTIR! Je sens littéralement dans mon corps un sens ou une résonance, ou peut-être quelque chose comme un accomplissement, quand je regarde le meilleur potentiel ou quelque chose qui me mènera à lui. Inutile de dire que cela enlève beaucoup d'inquiétude à propos de «faire correctement les choses».

 

LA SYNCHRONICITÉ

 

Ensuite, les nombreux coups de pouce intérieurs ont été l'un des plus grands plaisirs de tout ce processus. Un sentiment soudain de m'arrêter au magasin de matériaux m'a permis de surprendre la conversation de quelqu'un d'autre et d'entendre accidentellement une information dont j'avais besoin. Me sentant étrangement attirée dans un magasin dans une autre partie de la ville, j’ai finalement découvert les carreaux que je cherchais mais que j'avais renoncé à trouver. Des conversations courtes mais utiles avec des étrangers, des moments de synchronicité aléatoires, des découvertes imprévues qui révèlent exactement ce dont on a besoin - elles se produisent avec une régularité remarquable.


LE DÉSIR


La vie est sentie comme chorégraphiée par un Maître danseur, et tout ce que j'ai à faire c’est de m'engager! Cela ne m'aide pas à essayer de gérer les détails ou à m'assurer que les choses se déroulent «correctement». Mon travail consiste à être très claire sur le résultat que je désire - un mot très important, en passant - et à ne pas m'inquiéter de la façon dont cela se passe. Il semble que j'entrevois un avant-goût de la vie Ahmyo. Pour moi, Ahmyo signifie être pleinement présent avec mon Soi, avec la tâche à accomplir et les potentiels actuels, puis permettre à mon désir - ce que je veux, ce que je ne veux pas - de prendre les devants. Pas mon inquiétude ou devoir ou responsabilité ou culpabilité ou attentes, mais mon désir. Car c'est ce qui informe les énergies qui viennent me servir.

LA COMPASSION


On m'a demandé si c’est stressant d'avoir à continuer de retaper au milieu de tout le reste. Si je suis honnête, la réponse est parfois oui. Mais qu'est-ce que le stress autre que de résister à ce qui est? Accepter tout ce qui est en train d'enlever le stress, parce que la résistance est en fait ce qui fait mal, pas la situation elle-même. Que ce soit un espace limité avec de la poussière et un désordre constants, une date-butoir qui doit être respectée, un rêve qui se réalise sous mes yeux ou un souffle de calme pur, quand j'ai simplement l'expérience sans résistance, c'est un moment de perfection.

 

Ce «être avec ce qui est sans résistance» est, je le sens, la clé de la vie Ahmyo. Il n'y a pas longtemps, j'ai ressenti de la douleur autour d'un vieux problème relationnel. "Maintenant qu'est-ce qui ne va pas avec moi? Je pensais m'être occupée de ça », fulminai-je. Trop occupée à vouloir quelque chose de différent, j'avais oublié d'appliquer la compassion là où mon cœur était concerné, oublié d’ «Accepter toutes choses telles qu'elles sont» (une occupation assez digne pour que Tobias lui ait consacré un message entier). Au moment où je me suis souvenue d'être avec la vie telle qu'elle est, la douleur s'est évaporée et j'ai pu de nouveau voir la perfection dans tout ce qui s'est passé. La vie peut-elle vraiment être si simple - accepter simplement ce qui est?


Ce n'est pas très facile pour un humain. Soit nous n'aimons pas ce qui est et pensons que nous serons coincés dedans pour toujours, à moins que nous ne le «réparions»; ou nous aimons vraiment ce qui est et nous nous y accrochons fermement, de cette façon cela ne changera jamais. Mais le fait est que tout change toujours. Point. Tout ce que j'ai pu faire et tout ce que j’ai pu repousser n'a vraiment fait que me rendre malheureuse. Cela a eu un effet à peu près nul sur les situations et les personnes autour de moi, sauf pour brouiller les énergies et entremêler ce qui aurait pu couler librement.

 

Comme je le vois, la vie est un changement, et Ahmyo n'a aucune résistance à ce changement. Il se permet d'être dans le flux constant, toujours changeant, toujours créatif. Vous aurez toujours des préférences et des désirs - une nouvelle cuisine, par exemple - mais sans résistance c'est un type de création complètement différent!


Ahmyo m'aide à comprendre que la vie n'a jamais été conçue comme une lutte. Elle a été conçue comme une grande expérience pour que nous jouions avec, l'explorions et profitions, comme si nous étions assis avec des amis à jouer à un jeu de société. Mais quelque part sur le chemin, nous avons oublié que c'était un jeu et à la place, nous avons eu l'idée que c'était une sorte de punition ou d'exil ou, à tout du moins, quelque chose à combattre et à tolérer jusqu'à ce que nous puissions nous en échapper. Une partie de La Vie du Maître est de (re) découvrir comment la vie peut être amusante et facile.

 

 

Interprétation de Feolla  feolla.ca@gmail.com     http://quatorze.blog4ever.com



11/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi