TALONNAGE SPIRITUEL - Par Geoffrey Hoppe Shaumbra Magazine Septembre 2016 - L 'Artiste, Les ateliers, , Poésie, Espace Shaumbra, Guidances textes divers, Science et Conscience,

Quatorze

Quatorze

TALONNAGE SPIRITUEL - Par Geoffrey Hoppe Shaumbra Magazine Septembre 2016

TALONNAGE SPIRITUEL

 

Geoffrey Hoppe 3.png

Par Geoffrey Hoppe

Shaumbra Magazine Septembre 2016

www.crimsoncircle.com
  

Je regarde dans le rétroviseur sur mon voyage à la maîtrise et je vois mon moi humain. Merde! Il est collé à mon pare-chocs, beaucoup trop près pour le confort à cette vitesse. Il est si près que je peux voir le regard sauvage, presque désespéré dans ses yeux. Je peux voir les perles de sueur sur son front et la cigarette allumée qui pend de sa bouche. Nous y revoilà. Une autre folle série de talonnage spirituel.

 


LE TALONNAGE

 

Vous savez combien il est irritant d'avoir quelqu'un qui vous colle lorsque vous conduisez sur la route. Que faire? Appuyer sur les freins pour l’effrayer mais au risque de se faire emboutir? Ou ralentir dans l'espoir qu'il va avoir le message que vous n'êtes pas heureux de sa proximité, mais au risque de le voir ramper encore plus près jusqu'à votre pare-chocs? Ou accélérer pour l’apaiser? Mais connaissant ma chance, il y aura une voiture de police juste au prochain tournant. Je dois encore résoudre le dilemme du talonneur autre que d'être patient jusqu'à ce que j’arrive à ma destination.

 

Je ne suis, en aucun cas, un pilote lent. Ma voiture aime aller au moins à 10 miles au-dessus de la limite de vitesse. Il en va de mon Je Suis. Mais presque chaque semaine j'attire un talonneur en descendant le tronçon des 10 milles de la route de montagne, de ma maison au fond de Coal Creek Canyon. La semaine dernière, j’ai tapoté légèrement mes freins pour envoyer un message "ralentis" au harceleur. Au lieu de me donner plus d'espace, il a clignoté ses feux de route comme pour se moquer de mes feux de freinage timides.


J’ai besoin de mon espace. Ces dix dernières années, je suis devenu beaucoup plus sensible aux OPE (Other People’s Energy - à l’énergie d'autrui). Je n'aime pas quand les autres sont trop près parce que, dans de nombreux cas, je peux sentir l'alimentation en énergie. Bien sûr, j’aime être physiquement et énergiquement à proximité de la plupart des Shaumbra et des gens que j’aime, mais des endroits comme les épiceries et les aéroports font ramper ma peau à cause de toute la pollution énergétique (toux, toux). Je n'aime pas quand les gens me serrent sur la route non plus. C’est dangereux et gênant.


J’aime rouler à la vitesse avec laquelle je suis à l’aise. Je ne veux pas d’un talonneur essayant de me faire aller plus vite que je ne le veux, simplement parce que ce sont des pressés frénétiques. Se précipiter pour aller où, pourrais-je demander? Est-ce que la vitesse excessive va les amener à leur destination de manière significative au début? Probablement pas. Ils pourraient grappiller quelques minutes sur leur trajet, mais ils risquent aussi d'obtenir une contravention, ou pire encore, d’avoir un accident.


J’aime voir le paysage tout en conduisant. J’ai la chance de vivre dans les montagnes. Il y une telle splendeur dans le paysage, ainsi que la faune, à ciel ouvert, et les gens vaquant à leurs occupations. Il faut environ 35 minutes pour conduire jusqu’au centre de connexion du CC en ville, et je suis toujours heureux de cet entraînement en raison du paysage. Mais quand quelqu'un me pousse aux fesses, il est difficile de se détendre et d’être ouvert à la sensualité de l'entraînement.


QUE SE PASSE-T-IL AVEC CECI ?


Qu'est-ce qui se passe avec cette chose de non-respect des distances? Tout comme mon talonneur hebdomadaire du canyon, mon moi humain me talonne sur une base régulière. Il a parfaitement le droit d'utiliser la même route sur laquelle je voyage, mais il devrait y avoir une loi pour être à une distance correcte de mon pare-chocs. Il est donc difficile pour moi de profiter du paysage sur mon voyage à la maîtrise. Adamus dit que c’est la meilleur des périodes dans toutes nos vies, alors que nous transitons de l'humain à un être réalisé, mais comment puis-je me détendre dans l'éclaircissement quand mon moi humain est directement sur mon derrière?

 

Pourquoi est-il si pressé, damnation? Je sais déjà que je vais obtenir l'illumination. En fait, j’y suis déjà et maintenant je profite tout simplement de la balade le long de la route qui m'a conduit là. Est-ce que le moi humain pense qu’il s’agit d'une course? Doit-il être en première ligne? Se sent-il plus puissant d’être en tête du peloton?

 

Talonnage Spirituel.png

Le moi humain essaie toujours de me dépasser sur la route de l'illumination. Le plus drôle c’est que chaque fois qu’il s’arrache pour passer, il semble y avoir une voiture venant de l'autre sens. J'ai remarqué que les conducteurs de ces voitures ont le même aspect que mon moi humain: Frénétiques, paniqués, les yeux hagards. J’ai réalisé que ce sont les moi humains des autres êtres sur la voie de l’illumination qui font la course vers le confort de leurs foyers humains limités parce qu’ils ne peuvent pas manipuler cette chose appelée la maîtrise

 

Ils pensaient que ce serait une certaine forme de moi humain amélioré. Quand ils ont réalisé que le moi humain perdait le contrôle, que l'alimentation d'énergie n’était plus permise, et que le pouvoir est une illusion ... ils ont filé droit à la maison. C’est drôle que ces humains qui viennent dans l'autre sens soient en fait ceux-là mêmes qui empêchent mon moi humain de passer.


Quand mon moi humain réalisera-t-il que ce n'est pas seulement son voyage? C’est notre voyage. Le Maître et l'Humain, ainsi que tous les aspects et les facettes du Je Suis. Quand réalisera-t-il qu'il ne sera jamais en mesure de dépasser le Je Suis? Quand cessera-t-il de conduire comme un fou-fou? J'ai essayé de lui donner un petit coup (le doigt du milieu étendu par la fenêtre de la voiture), mais il insiste pour me coller.

 

Ce que mon moi humain ne réalise pas, c’est que mon véhicule, également connu sous le nom de mon corps de conscience, est entièrement automatique. Il dispose d'un système GPS digne de confiance qui me guide en toute sécurité à ma destination. Je n'ai pas à me soucier de me perdre, contrairement à mon moi humain qui n'a jamais fait confiance un instant à son sens de l'orientation. Mon BOC (My Body Of Consciousness- Mon Corps de Conscience)  dispose d'un système d'évitement de collision intégré.

 

Tant que je le garde, je n'ai pas à me soucier de me briser. Je n’ai même pas à penser à la circulation, car il fait tout pour moi, beaucoup, contrairement à mon moi humain dans son véhicule ancien modèle. Mon Corps de Conscience s’oriente de lui-même, répondant à mes commandes sans doute, ou questions. Il n'a jamais besoin de carburant, il ajuste la température et la musique basée sur la lecture de mes données biométriques, et fondamentalement fait tout pour rendre mon voyage le plus agréable possible. Mais la seule chose qu'il n'a pas été en mesure de faire, c’est de se débarrasser du talonnage de mon moi humain.

 

Lorsque mon Moi humain fait son truc de talonnage, je sais qu'il essaye intentionnellement de me provoquer. Il veut attirer mon attention. Il veut la validation. Il veut penser qu’il s’agit de son voyage et que sans lui, rien de tout cela ne pourrait se produire. Pauvre moi humain. Quand il apprendra que je suis heureux de montrer le chemin, et qu’il est le bienvenu pour faire partie du voyage, mais pas dans le contrôle.

 

En fait, il n'y a pas besoin de contrôle. Tout est automatisé. C’est le gros point absent. Il pense qu'il doit travailler dur, rouler vite et vous inquiéter pour arriver à destination, mais tout ce qu'il a à faire c’est de profiter de la balade, de se détendre dans la beauté du voyage, et de nous permettre d’y arriver  sains et saufs.

 

J’ai pensé depuis longtemps et finalement réalisé, que mon moi humain veut vraiment être dans la voiture avec moi. Eh bien, en réalité, il veut être dans le siège de conducteur.

 

En outre, il ne veut même pas de moi dans la voiture. Il veut tout le véhicule – et le voyage spirituel – pour lui-même. Il veut ignorer les caractéristiques automatiques de haute technologie de mon véhicule BOC, en prenant le contrôle du volant et la pédale de gaz (il n’utilisera jamais les freins), donc en croyant qu'il est celui qui fait que le voyage se produit.

 

Il veut du crédit pour se rendre à destination, mais en réalité, il est le seul à s’empêcher de se rendre à destination. Idiot, humain stupide. Faudra-t-il un accident pour qu’il puisse enfin l’obtenir ? Se fera-t-il du mal à lui-même et peut-être à d'autres avant de prendre une grande respiration et de se détendre dans l'illumination? Probablement pas. Il est dans une telle hâte damnation, qu'il ne réalise même pas que nous y sommes déjà.

 

Je regarde dans mon rétroviseur et vois mon moi humain contre mon pare-chocs. Je commande à mon BOC de baisser la vitre. Je tiens lentement mon bras par la fenêtre et lève mon doigt du milieu à mon moi humain, puis éclate de rire. C’est exactement le genre d'impolitesse que mon moi humain attend dans la vie, et je suis heureux de l'obliger. Tellement heureux, en fait, que je mets les deux bras par la fenêtre et étends les deux doigts du milieu. Double dose! Prend ça moi humain, prends ça. Quelle vue! Le Maître, dans son BOC véhicule automatisé, conduisant sur la route avec ses doigts du milieu étendus sur le frénétique, névrotique, talonneur moi humain. J'enregistre tout ceci pour qu’un jour, je puisse montrer au moi humain, combien d'amusement nous avons eu sur la route de l'illumination.

 

 

Interprétation de Feolla  feolla.ca@gmail.com    http://quatorze.blog4ever.com

 



10/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi